Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 07:37

 

 

 

Carrefour2.jpg

 

 

 

Le conseil des prud’hommes de Bordeaux a donné raison lundi 28 mars à 132 salariés de Carrefour de la banlieue bordelaise qui dénonçaient le fait que leur pause soit incluse dans leur salaire

Le forfait pause de vingt minutes est-il un élément de la rémunération ? À cette question, le juge départiteur du conseil des prud’hommes de Bordeaux a répondu par la négative, donnant ainsi raison aux salariés de Carrefour dans l’agglomération bordelaise. Le géant de la grande distribution devra verser 500€ de dommages et intérêts aux plaignants.

« Tous ces employés, qui sont smicards, vont percevoir entre 3000€ et 4000€, une somme qui va leur faire beaucoup de bien », se réjouit Denis Lauxire, secrétaire général du syndicat des services de la Gironde à la CFDT, qui s’était porté partie civile. À Mérignac, Bègles et Lormont, 132 employés de l’enseigne estiment qu’ils ont été lésés sur le mode de calcul de leur salaire jusqu’en janvier?2009. Un manque à gagner estimé entre 1500€ et 3000€ par personne.

« Si l’on exclut de leur rémunération mensuelle le forfait pause, ils ont été payés au-dessous du smic », s’indigne leur avocate, Me Myriam Laguillon. Selon la CFDT, 70% du personnel de ces trois hypermarchés Carrefour aurait été « victimes de cette injustice entre 2003 et 2008 ».

«Cette décision devrait forcer la direction à négocier davantage»

« C’est une pratique illégale dénoncée à plusieurs reprises par l’Inspection du travail et par de nombreuses juridictions », a rappelé l’avocate des salariés à l’audience du 24janvier. « Carrefour ne fait qu’appliquer la convention de branche », avait, pour sa part, plaidé Me Daniel-Julien Noël, avocat du distributeur.

Pourtant, « depuis janvier 2009, l’enseigne commerciale a unilatéralement changé de pratique pour se mettre en conformité avec le droit, mais sans effet rétroactif, fait remarquer Me Myriam Laguillon. Ils reconnaissent implicitement l’illégalité de cette pratique. »

Elle avait donc réclamé des dommages et intérêts et un rappel de salaires de cinq ans au titre de la législation sur le smic, ainsi que 189€ par salarié et par an pour frais de nettoyage des vêtements de travail à leur charge. Sur tous ces points, les salariés ont gagné. « Cette décision devrait forcer la direction à négocier davantage et à ne pas aller systématiquement au conflit », estime Denis Lauxire.

«Nous allons déposer une centaine de dossiers»

Ces pratiques de Carrefour sont loin d’être isolées. À Lyon, à Angers, à Montpellier… d’autres salariés de Carrefour ont également engagé des recours en justice. Selon, la CFDT, 32?000 personnes sont concernées. Et les réponses des tribunaux diffèrent. Le 24 octobre 2008, le tribunal de police de Lyon a condamné Carrefour à verser 1,2 million d’euros, mais la cour d’appel a relaxé ce géant de la grande distribution.

Plus récemment, le 1er mars, le tribunal des prud’hommes d’Évry a condamné le groupe pour non-respect du smic à l’encontre d’une soixantaine de salariés du magasin situé dans le centre commercial Carré-Sénart, à Lieusaint, en Seine-et-Marne. Le 16 février, pour la première fois, la Cour de cassation avait donné raison à la CGT et à la CFDT, qui dénonçaient des salaires inférieurs au smic.

Déterminé, Carrefour devrait faire appel de cette décision des prud’hommes de Bordeaux devant la Cour de cassation. La CFDT va également poursuivre le combat. « D’ici au mois d’avril, nous allons déposer une centaine de dossiers, car d’autres salariés n’ont pas osé porter l’affaire en justice. Maintenant que nous avons gagné, il faut aller jusqu’au bout de la démarche », indique Denis Lauxire.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 22:19

Carrefour2.jpg

 

 

Le géant français de la distribution Carrefour a conclu hier un accord avec ses employés de Shanghai, selon lequel leurs salaires seront augmentés de 8%,

et cela après deux mois de négociations.

 

Selon l'accord, quelque 4 700 employés, soit 70% des effectifs de carrefours à Shanghai, seront payés 5% de plus que le salaire minimum moyen de la ville. Ce salaire minimum s'établit à 1 120 Yuans (171 Dollars US), et devrait être porté à 1 280 Yuans en avril.

 

En plus de l'augmentation de salaire, les employés de Carrefour recevront aussi une prime équivalente à un mois de salaire à condition qu'ils travaillent pour l'entreprise depuis au moins un an. Parmi les autres avantages accordés, des contrôles de santé pour les employées.

 

Li Jing, un responsable de Carrefour, a dit que le détaillant avait mis sur pied un système de négociation collective des salaires à Shanghai pour permettre aux employés de négocier les salaires et avantages sociaux avec leurs patrons, par l'entremise des syndicats. Mais il a refusé de s'exprimer sur l'augmentation salariale moyenne de 8%.

 

 

Carrefour était tombé sous le feu des critiques en janvier dernier quand les médias locaux avaient rapporté qu'il payait ses employés au minimum obligatoire depuis douze ans.

 

( Il n'y a pas qu'en France alors...)

 

Les employés non-cadres de Carrefour à Shanghai gagnaient 1 075,77 Yuans par mois en 1998, mais seulement 1 124 Yuans en 2010, alors que les prix à la consommation ont plus que doublé sur la même période dans la ville.

Partager cet article
Repost0
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 16:12

Carrefour2.jpg

 

 

Force Ouvrière, le plus gros syndicat chez Carrefour avec 45% des voix appelle à la grève le 9 avril pour exiger la réouverture des négociations salariales. Celles-ci se sont soldées sur une proposition d'augmentation de 1% en mars suivie de 1% en octobre. Ces propositions sont soumises à signature d'ici au 31 mars.

 

"Les négociations annuelles obligatoires ont débouché sur un projet d'accord minimaliste que FO juge inacceptable", écrit le syndicat dans un communiqué repris par l'AFP.

La direction a par ailleurs prévu, dans son projet, de faire passer de 7 à 10% la remise sur tous les produits vendus en hypermarchés pour les salariés de l'enseigne, ainsi qu'une prise en charge de l'entretien des tenues de travail à concurrence de 6 euros par trimestre, a indiqué à l'AFP Serge Corfa, délégué central CFDT.

 

Autre mauvaise nouvelle, Carrefour  a été condamné ce lundi par le conseil de prud'hommes de Bordeaux pour non-respect du Smic à l'encontre de 150 salariés de deux de ses hypermarchés de la banlieue bordelaise, a indiqué à l'AFP l'avocate des salariés.

Carrefour a été condamné à verser environ 500.000 euros

selon une source syndicale.

Le  groupe Carrefour a l'intention de faire appel.

 

 

Carrefour, c'est 10.000 emplois supprimés en 4 ans en France...

 

 

 

Partager cet article
Repost0
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 15:46

carrefoir.market

 

 

Des situations précaires

 
Car depuis deux ans, les salariés grévistes trouvent que la situation s’est « sérieusement dégradée ». Ils dénoncent un « non-respect de la convention collective », notamment en termes « d’horaires et de contrats précaires ». Plusieurs employés sont notamment embauchés dans des contrats de 4 h ou 10 h par semaine et signent souvent des « avenants pour faire des heures supplémentaires ». 

Ces contrats précaires devaient, pour certains, déboucher « depuis longtemps » sur un véritable emploi. « On leur met la carotte devant le nez en prétendant faire signer de gros contrats », peste Marcelo Torsello, du rayon poissonnerie. « Mais au final, ils ne voient jamais rien venir. » Des attentes qui s’ajoutent à un « climat pesant » consécutif, selon les grévistes, au sous-effectif. « On nous demande de faire toujours plus de travail avec moins de personnel ».

« On ne demande pourtant pas la lune »


Un personnel lassé de cette situation parmi lesquels un salarié handicapé par son dos qui « continue à travailler dans des conditions inadaptées », selon Sébastien Mansuy. Ce sont ces conditions de travail « détériorées » que dénoncent les grévistes. Rien d’autre. « On ne demande pourtant pas la lune », dit Marcelo, peu habitué aux conflits sociaux. Ce matin, les employés ont repris le travail. La direction a une semaine pour prendre des mesures significatives. Sinon, c’est un nouveau mouvement social qui attendra les cadres du magasin, dès jeudi prochain, au petit matin.

Partager cet article
Repost0
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 10:07

Carrefour2.jpg

 

 

     Fin 2009, Carrefour avait annoncé avoir débauché le patron de Braun. Procter & Gamble assure ce vendredi que Carlos Gonzalez-Hurtado, directeur commercial et marketing du groupe, n'a jamais occupé le poste de président de sa filiale connue pour ses rasoirs.

 

 

José Carlos Gonzalez-Hurtado se retrouve sur le grill. Celui qui appréciait les feux de la rampe depuis sa nomination au poste de directeur et commercial de Carrefour est l'objet d'une belle polémique.

 

 L'agence Reuters vient de révéler que son ancien employeur, Procter & Gamble, affirme qu'il n'a jamais occupé le poste de président de Braun.

 

Fin 2009, lors de sa nomination, Carrefour présentait cette nouvelle recrue de Lars Olofsson, directeur général, comme le numéro un de la marque connue pour ses rasoirs. "C'est inexact", a déclaré à Reuters Lars Atorf, porte-parole de Braun. "J'étais le seul et unique président de Braun", a ajouté Juan Pedro Hernandez qui avait déjà averti Carrefour de l'inexactitude de ces informations publiées alors sur le site de presse de Carrefour.

 

Reste à savoir si José Carlos Gonzalez-Hurtado, membre du comité de direction de Carrefour depuis janvier 2010, est toujours en poste. Interrogé à ce sujet, Carrefour n'a pas souhaité apporter de commentaire.

Cette affaire n'est pas sans rappeler, note Reuters, le précédent du géant de l'hôtellerie Intercontinental dont le responsable des activités Asie et Pacifique fut contraint au départ en 2007, peu après sa prise de fonctions. Une enquête interne avait alors révélé qu'il avait menti sur ses diplômes. 

 

Partager cet article
Repost0
8 mars 2011 2 08 /03 /mars /2011 16:26

Carrefour2.jpg

 

 

Auchan, 4 fois plus rentable que Carrefour

 

 

Le groupe Auchan vient de publier ses résultats pour 2010. Le chiffre d'affaires ressort en hausse de 7,1 % à 42,5 milliards d'euros. La croissance des ventes, de 3 % en France, atteint 23 % dans les pays d'Europe centrale et de l'Est et d'Asie. L'international représente dorénavant 54 % de l'activité.

L'EBIDTA est en hausse de 7,1 % à 2 514 millions d'euros. Le résultat net part du groupe augmente lui de 6,7 % à 705 millions d'euros. A titre de comparaison, Carrefour, qui a réalisé en 2010 près de deux fois plus de chiffre d'affaires que l'entreprise de la famille Mulliez, a pratiquement dégagé deux fois moins de résultat. Autrement dit, sur l'exercice écoulé, Auchan a été quatre fois plus rentable que Carrefour. Le ratio résultat net sur chiffre d'affaires, de 1,7 %, est stable par rapport à 2009.

 

 

source: le blog de Mulliez.com

 

 

Belle perf de  la part de Lars et de la direction de Carrefour…

 

Retirer le choix au client en remplissant les linéaires avec les Marques distributeur du groupe : « Carrefour Home », Carrefour Discount », « Reflets de France », « Escapades Gourmandes, etc (Au fait, que reste t’il des PME chez le N°1 de la distribution française… ?) fait que les clients ont été voir ailleurs, là ou ils ont le choix. Et du personnel dans les rayons.

 

Dans le Landerneau comme à Villeneuve d'Ascq  on se frotte les mains…

 

 

Allez  courage Lars, continues comme ça pendant  encore 2 ans et tu partiras comme prévu avec ton parachute doré et ta retraite en or...

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 08:46

Carrefour2.jpg

 

 

 

 

Bonjour,


je viens de lire l'article sur "carrefour étrangle ses franchisés" et je suis dans ce cas.

Après m'avoir fait croire qu'un magasin cash and carry sous enseigne Promocash gagnerait de l'argent avec un un faux prévisionnel ils m'ont jetés dehors en 10 jours.

 

 

Je m'explique:

 


En juin 2007 je signe tout heureux avec mon épouse les contrats de location gérance avec un prévisionnel de 50 000E de bénéfice chaque année sur trois ans. Cependant ils n'ont pas du tout insisté sur le fait que le magasin perdait 800 000E en 2006.

 

Inutile de vous dire que les moments ont été forts pour redresser la barre puisque la première année nous n'avions perdu que 400 000E.

Dans le prévisionnel étaient stipulés des remises fournisseurs a hauteur de 7% chaque année ce qui nous auraient permis de rétablir l'équilibre.

Je dis auraient car nous n'avons eu que 5% la première année, 3.5% la deuxième

et la troisième je ne saurais jamais puisque ils m'ont demandé de quitter les lieux le 25 octobre avec un courrier du 23 octobre.


Tous cela pour dire que vous devez bien faire attention avant de signer avec le groupe carrefour ils empocheront le quadruple de vos recettes ou vous laisserons avec vos dettes.

Partager cet article
Repost0
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 08:28

Carrefour2.jpg

 

 

Mercredi soir, dans le magasin Fangyuan de la chaîne Carrefour à Beijing, deux employés et trois représentants promotionnels de marques distribuées dans le supermarché se sont évanouis après avoir mangé des nouilles cuites clandestinement. Ils sont hors danger après avoir été envoyés à l'hôpital.

D'après le premier diagnostic du médecin, il s'agit d'une intoxication aux nitrites de sodium. Les résultats de l'enquête de plusieurs départements gouvernementaux ne sont pas encore déterminés. « Ces cinq personnes ont cuit sans autorisation des aliments dans la cuisine du magasin. Cela viole les règlements de notre entreprise », a annoncé un responsable de Carrefour.

 

 

Selon le règlement interne, il est interdit d'apporter ou de faire un repas dans le supermarché. « Mercredi soir à dix-sept heures environ, mon collègue et moi n'avions pas encore mangé », explique un employé. Les clients étaient peu nombreux. Certains ont pris des nouilles, des légumes, dont des aubergines, et les ont fait cuire dans le supermarché. Il n'y avait pas d'assaisonnement dans la cuisine. À ce moment-là, ils ont vu deux petits sacs en plastique contenant de la poudre blanche, sans étiquette sur l'emballage. Ils les ont goûtés. L'un était sucré, l'autre salé. Ils ont utilisé ce dernier comme du sel dans le poêle.

Peu après avoir mangé ces aliments, ils ont commencé à vomir et s'évanouir. Heureusement, leurs collègues les ont découverts et ont appelé immédiatement les urgences. Ces cinq personnes sont hors de danger et dans un état stable.

Partager cet article
Repost0
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 08:14

Carrefour2.jpg

 

 

 

 

 

Les tensions récentes entre les supermarchés Carrefour et leurs fournisseurs ont attiré l'attention du public. Le porte-parole du ministère du Commerce, Yao Jian, a promis, lors d'une conférence de presse, de saisir les organismes concernés pour qu'ils rédigent un contrat formel afin d'encadrer la relation entre détaillants et fournisseurs.

Le ministère du Commerce a déjà promulgué en 2006 deux avis sur la gestion et l'égalité commerciale entre les détaillants et les fournisseurs, et sur la gestion des activités promotionnelles des détaillants. Cependant, la plupart des fournisseurs les ont trouvés inefficaces pour protéger leurs droits et intérêts en cas de disputes avec les détaillants.

« Ces documents existent toujours, mais pourquoi la relation entre les détaillants et les fournisseurs va de mal en pis ? Le problème c'est l'exécution et de la surveillance », a indiqué Sun Xiong, directeur de l'Association des chaînes de distribution du Guangdong.

En fait, dans les contrats entre les détaillants et les fournisseurs, les prélèvements à divers titres sont généraux. Mais ce sont surtout les coûts cachés d'introduction que ne supportent plus les fournisseurs.

 

 

Chez Carrefour, selon certains de ses fournisseurs, les coûts cachés d'introduction peuvent même aller jusqu'à plus d'un pour cent des chiffres d'affaires. « C'est par exemple le cas des frais d'étalage. En cas de non-règlement, le fournisseur risque de ne pas recevoir les commandes à temps, et s'expose en conséquence l'épuisement de ses stocks sur place ». Ces coûts cachés, souvent lourds pour les fournisseurs, ne font jamais l'objet de contrôle.

Selon le porte-parole Yao Jian, les disputes concernant Carrefour reflètent notamment les problèmes des frais d'introduction et de la relation entre les distributeurs et leurs fournisseurs. Mais ces problèmes ne sont pas l'apanage des entreprises à investissement étranger, d'autant que ces dernières font également partie des entreprises locales puisqu'elles sont installées en Chine, et qu'elles y paient leurs impôts. Le développement de la fabrication est plus rapide que celui du service, et les fabricants ou les fournisseurs n'ont d'autre choix que de recourir aux détaillants pour la distribution de leurs produits. C'est pourquoi il y a ce genre de problèmes entre eux.

 

 

Comment donc les fournisseurs vont-ils faire face ? Selon un représentant de ces derniers, les règles de lois sont toujours nécessaires, mais les fournisseurs doivent également diversifier leurs canaux de distribution par la création de magasins, sur internet, etc., en attendant le développement de la grande distribution. « On va se faire respecter dans les négociations avec les détaillants. »

 

Partager cet article
Repost0
22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 16:56

Carrefour2.jpg

 

 

 

 

La Commission nationale du développement et de la réforme a annoncé mardi 22 février qu'à cause de tricherie sur les prix, 19 magasins Carrefour et Wal-Mart en Chine doivent payer chacun une amende de 500.000 yuans (environ 75 000 dollars), soit l'amende maximale pour ce type d'infractions, ce qui représente un montant total de 9,5 millions de yuans.

 

 

Selon la Commission, ces amendes ont été réglées aux régulateurs de Beijing, du Liaoning, du Jilin, du Heilongjiang, de Shanghai, etc.

 

Après le dévoilement de cette affaire, Carrefour Chine et Wal-Mart Chine ont admis leurs infractions sur les règlements des prix en Chine et ont présenté leurs excuses aux consommateurs chinois.

 

Ils ont pris des mesures pour contrôler et examiner les prix et ont promis à leurs clients qu'ils leur rembourseraient cinq fois la différence entre le prix affiché et le prix payé à la caisse, afin de regagner leur confiance.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le vrai visage de la grande distribution
  • : Le ras le bol du discours de la grande distribution, qui nous jure les yeux dans les yeux et la main sur le coeur, qu'elle se bat pour notre pouvoir d'achat... alors que toutes les enseignes font depuis des années d'énormes bénéfices sur le dos des consommateurs...
  • Contact

Vidéos sur la Grande distrib..


 














Recherche

Pages

Emmision À Revoir...